Articles

109, outil de prévention de la traite des êtres humains

La traite des personnes est devenue un phénomène croissant dans le monde en général et au Burundi en particulier. Dans le but de doter les opérateurs de la ligne verte « 109 » , des connaissances requises dans l'identification des victimes potentielles, la Croix-Rouge du Burundi (CRB) et  l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), organisent conjointement une session de deux jours sur la traite des êtres humains.  Ceci parce que l'une des objectifs de 109 est de contribuer à la redevabilité humanitaire vis à vis des communautés affectées par les catastrophes naturelles ou celles provoquées par l’homme au Burundi. La traite humaine étant un fléau considéré comme un esclavage moderne, l’heure est venue de faire des opérateurs de la  ligne verte "109"  des agents de premier ordre qui interagissent avec les victimes ou les communautés affectées.

Pour Isabelle Rusuku, formatrice de l'OIM, le choix des opérateurs de la ligne verte est dicté par l'objectif de la création du « 109 » qui est le renforcement de la réponse humanitaire à travers la promotion de la communication à double sens  entre les communautés affectées et la communauté des acteurs humanitaires, l'OIM et la Croix-Rouge du Burundi inclues. Et d'ajouter:" la lutte doit être basée sur la prévention à travers des campagnes de sensibilisation, la protection en assurant la sécurité, l'assistance médicale et psychologique des victimes, la poursuite des traiteurs  et enfin le partenariat à travers les accords bilatéraux et coopérations nationales, régionales et internationales."

 

Signalons que la cause principale de la traite des êtres humains est liée à la demande de main d'œuvre qui est moins cher, flexible et sans protection. L'ignorance, la guerre, les conflits sont également d'autres causes y relatives. Les conséquences de la traite des êtres humains sont multiples. C'est notamment la violence des droits de l'homme, la stigmatisation ainsi que la mauvaise image du pays. Selon l'association qui lutte contre la traite des personnes au Burundi (FENADEB) plus de 1000 personnes auraient été victimes de la traite des êtres humains de 2011 à 2016. L'Organisation Internationale du Travail, quant à elle, chiffre 2.450.000 personnes victimes par an dans le monde. 

Autonomisation des Branches

  • Renforcement des capacités
  • Résilience Communautaire
  • IGRs
  • Promotion des Métiers Utiles

Gestion des Catastrophes

  • Préparations
  • Réponses

Réinsertions et cohabitation pacifique

  • Chaine de solidarité
  • Monitoring des rapatriés
  • cohabitation pacifique
  • Protection des biens des réfugiés